Préalable

Depuis des années …

Le Prince Kum’a Ndumbe III, Professeur Émérite des Universités, a commencé ce travail sur les sources du savoir africain à l’Université de Yaoundé en 1981. Dr. en Histoire, Dr. en Etudes Germaniques de l’Université de Lyon II (1975), et porteur d’une habilitation en Sciences Politiques de l’Université Libre de Berlin (1989), il a enseigné à ces trois universités et à l’Université Catholique de Lyon en France. Donner la voix aux acteurs de l’histoire, au colonisateur (Hitler voulait l’Afrique, 1980), mais surtout aussi au colonisé (Quand les Anciens parlent …, 2016) pratiquement absent des archives des pays africains. Ecrire l’histoire africaine par les sources africaines, voilà son cheval de bataille.

Directeur du projet : 
« Souvenirs de l’Epoque allemande au Cameroun », Université de Yaoundé, 1981-1986
« Traduction de textes fondamentaux de l’époque coloniale allemande au Cameroun », Université de Yaoundé, 1981-1987
« Preservation and Transmission of Africa’s Collective Memory - African Testimonies and Oral Literature in Early colonial History/ Part I : Contribution to Heritage Preservation by Cameroonian Witnesses to Colonial History throughout the Birth of Modern Cameroon - 1884-1916 (Germany in Cameroon) and 1920-1930 (France and Great Britain in Cameroon) », Fondation AfricAvenir International, 2015-2018
 
Kum'a Ndumbe III, 2018 : Notre équipe de recherche éprouve un grand soulagement de pouvoir enfin publier les premiers résultats des témoignages enregistrés dans la région du Centre du Cameroun entre 1983 et 1986. Plus de trente ans après ces enregistrements, nous cherchons toujours la majorité des cassettes enregistrées dans les régions du Centre, du Sud, de l’Est et du Nord-Ouest et qui reste introuvable. Par la présente publication, nous lançons un SOS à tous ceux qui peuvent tomber sur ces cassettes enregistrées par l’équipe de recherche « Souvenirs de l’Époque allemande au Cameroun » de l’Université de Yaoundé I, équipe pluridisciplinaire basée à l’époque au Département d’allemand de la Faculté des Arts, Lettres et Sciences Humaines, sous la coordination du Professeur Kum’a Ndumbe III. Ces enregistrements ont été faits entre 1981 et 1986 sur l’ensemble du territoire camerounais et la Fondation AfricAvenir International a pris sur elle de transcrire, traduire et publier ces témoignages grâce au concours de la fondation allemande Gerda Henkel Stiftung. Nous rendrons un grand service à ces vieux Camerounais qui ont accepté de témoigner et d’écrire une page de l’histoire de notre mémoire collective. Rendons-leur hommage en publiant leurs propos !

Recherche