Tradition Sawa - Nos us et coutumes 1920-1930 (traduction): parution prochaine !

"Nyambé, c’est le nom de Dieu. Dibenga, c’est le nom attribué au Créateur". Les gens d’antan connaissaient Nyambé, ils l’adoraient et l’honoraient  à travers leur compréhension et leur conscience de l’époque. Il n’y avait pas de temples spéciaux, connus comme étant dédiés à son adoration, mais ils bénéficiaient d’une grande grâce auprès de Nyambé l’Éternel qui exaucait les prières qu’ils lui adressaient, ce qui affermissait leur foi et leur adoration.  Ils savaient que c’est Nyambé qui a créé toute chose, chaque créature appartenant à un règne précis étant doté d’une force spécifique à son espèce, force donnée par Nyambé dont le pouvoir repose sur chaque règne et tout ce qui s’y trouve. La signification de rites voués aux divinités de l’eau est celle selon laquelle on ne peut passer outre les ondins pour supplier Nyambé de pourvoir les poissons, lesquels sont sous le pouvoir desdits ondins, selon la force que ces derniers on reçu de Nyambé pour régir sur les eaux.  Quand ce rite était pratiqué, il y avait abondance de poisson toute l’année à telle enseigne que des pêcheurs de plusieurs catégories s’enrichissaient.» 
J’ai beaucoup réfléchi: toutes ces choses précieuses, si je les publie dans un livre, n’aurais-je pas trahi les secrets du pays? J’ai reçu, et je transmets donc. Mais que quiconque accède à tout ce savoir sois prudent, qu’il surveille sa conduite, qu’il craigne le créateur et accorde respect suprême aux ancêtres. Ne cherchez pas à faire de mal, ne versez pas de sang, mais construisez le pays, apportez la paix, pour le bohneur de tout un chacun dans le pays. Ce sont ces quelques petits conseils que je peux donner à quiconque accède au savoir contenu dans ce livre.  
Que la barque flotte sur les eaux, que chacun saisisse sa pagaie, et recevez en toute gratitude, ce que les ancêtres nous ont légué.


Traduit du duala par Khéops Ndumbe Kum

 

Parution prochaine aux Editions AfricAvenir

Recherche